Chers internautes et paroissiens, le site dispose désormais un certificat SSL pour vous offrir une consultation sécurisée.
Vous pouvez y accéder via une connection en https: - Pensez à modifier vos marques pages pour bénéficier de cette connection
https://paroissedeconnerre.nexgate.ch

02 mai 2021 - Temps Pascal

5ème Semaine du Temps Pascal — Année B

Lectures de la messe

Feuille de chant à télécharger

LE BAPTÊME FAIT DE NOUS DES DISCIPLES !

Il y a une surprenante liaison entre le début de la première lecture (Paul cherchait à entrer dans le groupe des disciples) et la fin de l’Évangile : « ce qui fait la gloire de mon Père c'est que vous soyez des disciples »
Ce mot « disciple » nous pouvons le prendre pour parler du baptême, ou plutôt, pour vivre en baptisé, pour vivre de mon baptême.

  1. La phrase de Jésus vient à la fin de ce passage où Jésus déclare : JE SUIS la vigne
    Déclaration qui révèle encore une fois la personne de Jésus, il est Dieu, Fils de Dieu.
    Car la vigne, dans la Bible, c'est le peuple de Dieu tout entier. Dans un psaume : « la vigne que tu as prise à l'Egypte, tu la replantes en chassant des nations ».
    Là Jésus semble s'identifier à tout le peuple !
    En Lui, tous les peuples s'unissent dans le nouveau peuple de Dieu, il est la tête de ce corps qu'est l'Eglise.
    Ou pour reprendre l'image de la vigne, il est le tronc et nous sommes les sarments.
  2. Alors pour vivre notre baptême, il nous faut rester branchés à Jésus, personnellement et en Église aussi ! Demeurez en moi, comme je demeure en vous !
    Et l'image de la sève qui coule depuis le tronc jusqu'au bout des rameaux, nous invite à laisser couler en nous l'amour de Dieu. Comment ? La prière, la messe, mais aussi, en reprenant la lettre de saint Jean en vivant dans l'amour de Dieu,dans son esprit d'amour !
    C'est par la sève d'amour du Christ qui coule en nous que nous allons porter du fruit.
  3. Car nous l'avons entendu, ce qui fait la gloire du Père, c'est que nous portions du fruit. En vivant dans l'amour, nous répondons à notre vocation, nous remplissons notre mission dans le monde pour Dieu.
    Oui mais si je ne porte pas de fruit ?
    Les images font froid dans le dos (même si c'est l'image du feu) : Jésus parle d'éliminer ce qui ne produit pas…
    Quand les premiers chrétiens rapportent ces paroles de Jésus, ils sont dans un climat de persécutions, de choix fondamental, de rupture et de conflit ; ils ont en tête ceux qui ont trahi ou renié.
    Mais nous n'avons pas à entrer dans cette mentalité… envers les autres… un peu pour nous mais ne pas tomber dans l'angoisse de porter du fruit et de se tourner seulement vers soi-même en se posant la question « mais quel fruit je donne ? »
    et nous entendons surtout la phrase de saint Jean (dans le passage de ce matin) : Dieu est plus grand que notre coeur ! Quel apaisement… car souvenons-nous : ce n'est pas à nous de juger… laissons le seul juge miséricordieux qui n'est pas venu condamner mais sauver !
  4. Enfin, être disciple, c'est être animé par l'Esprit ; tout simplement entendons les deux phrases dans les actes et dans la lettre de saint Jean qui nous le citent : l'Église était en paix ; réconfortée par l'Esprit Saint, elle se multipliait »
    Voilà comment nous reconnaissons qu'il demeure en nous, puisqu'il nous a donné part à son Esprit.
    Dans ce temps vers la Pentecôte, prenons toujours plus conscience que l'Esprit Saint est en nous, qu'il nous fait demeurer en Dieu et qu'il nous fait agir dans l'amour en actes et en vérité.

Dans la célébration du baptême quel élément nous rappelle que nous sommes ensemble des disciples ?
C'est le fait que le baptême rassemble des familles diverses. Le baptême, c'est l'entrée dans la grande famille des chrétiens dans leur diversité… alors il est bon concrètement de le vivre… ce n'est pas seulement ma famille qui est là, mais d'autres familles, d'autres enfants que je ne connais pas… et nous formons l'Église ensemble.

Paul cherchait à entrer dans le groupe des disciples…
Barnabé l'a introduit… soyons aussi des Barnabé…!
Soyons des disciples missionnaires…!

25 avril 2021 - Temps Pascal

4ème Semaine du Temps Pascal — Année B

Lectures de la messe

Feuille de chant à télécharger

LE BAPTÊME NOUS REND APTE À RÉPONDRE À L'APPEL DU BON BERGER !

Comme chaque année, le texte d’Évangile du 4ème dimanche de Pâques nous propose de méditer sur Jésus, le bon berger.

En disant « JE SUIS LE BON BERGER » Jésus reprend une image biblique très forte, très forte pour dire qu'il est le Messie. Dans la Bible, Dieu est souvent comparé à un berger qui conduit son peuple.
Souvenez-vous du psaume 22 : le Seigneur est mon berger… il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre… il me conduit… si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal… j'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

    Mais le berger décrit par Jésus a au moins 2 points originaux :
  • Un berger qui CONNAIT SES BREBIS :
    le mot « connaître » dans la Bible est très fort : ce n'est pas une vague connaissance. C'est le signe d'une intimité très forte… comme l'intimité de Jésus avec son Père… on ne peut les séparer !(le Père et moi nous sommes UN) ainsi, nous les brebis, chacun nous sommes connus profondément de Jésus. Gardons toujours dans notre coeur cette certitude !
  • Un berger qui DONNE SA VIE pour défendre ses brebis.
    Il donne sa vie jusqu'à mourir dans le combat contre le loup (ou le lion). Oui c'est beau, mais est-ce efficace, une fois mort, le berger peut-il encore quelque chose pour son troupeau ? Non pour les bergers des Alpes ou des Pyrénées, mais pour Jésus oui… il donne sa vie sur la croix et il nous fait vivre en donnant sa vie.

LE BAPTÊME NOUS REND APTE À RÉPONDRE À L'APPEL DU BERGER À LE SUIVRE.

Notre naissance humaine est de l'ordre de cette réponse à un appel, un appel à vivre… j'ai été appelé à la vie !
Et par le baptême, nous prenons conscience d'être appelé à la vie avec Jésus, par Jésus. Une vie en plénitude.
Mais aussi par le baptême, nous prenons conscience que nous avons les moyens de répondre à cet appel car, en nous appelant, Dieu nous donne les moyens de répondre à son appel.
En nous appelant par amour, parce qu'il nous connaît, Dieu qui nous aime, par son amour, me donne la possibilité, la capacité de lui répondre. Parce que je sais qu'il me connaît et qu'il m'aime, je suis capable de vivre comme il me le demande dans son amour. À la suite de Jésus , le chrétien est celui qui donne sa vie… qui essaye de donner sa vie.

RENDONS GRÂCE PAR NOTRE FAÇON DE VIVRE en nous donnant simplement ;

alors répondre à l'appel, c'est d'abord prendre conscience que je le fais déjà ! Et que les moyens de répondre me sont donnés. C'est accepter aussi de se laisser conduire par ce bon berger. Et souligner dans l'ordinaire de ma vie, ce qui est don de moi-même… faites le compte de ces moments, de ces gestes qui disent cette attitude de fond de votre vie. Et prenez sans cesse conscience de la joie de suivre ce chemin du bon pasteur.

Dans la célébration du baptême, il y a un geste qui peut nous rappeler ce don de soi… c'est le signe de la croix (avec la remise de la croix) ; c'est un geste de tendresse, qui nous fait nous souvenir de l'amour de Dieu qui donne sa vie par amour.
Alors chaque signe de croix que nous traçons sur nous-mêmes est aussi mon engagement à essayer de donner ma vie à la suite du bon berger.

Amen

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

11 avril 2021 - Temps Pascal

2ème Semaine du Temps Pascal — Année B

Lectures de la messe

Feuille de chant à télécharger

LE BAPTÊME NOUS FAIT ENTRER DANS UNE VIE NOUVELLE !

Tout au long du temps pascal (50 jours : plus long que le carême !) Vivons notre baptême, renouvelons notre vie en prenant conscience de notre baptême et de sa puissance de vie !

Et aujourd'hui, dans ce dimanche de la divine miséricorde institué par le saint pape Jean-Paul2, souvenons-nous de ce renouvellement apporté par le baptême donné pour le pardon des péchés.
Par la miséricorde de Dieu, nous entrons dans une vie nouvelle, dans des relations nouvelles !

Alors un premier effet de la vie nouvelle apportée par le baptême : LA PAIX
au soir de la résurrection et 7 jours plus tard, Jésus salue ses disciples : la paix !

    Cette salutation est adressée aux disciples apeurés :
  • ils ont peur que le pouvoir politique et le pouvoir religieux ne s'en prennent à eux, après avoir exécuté leur chef !
  • Ils sont aussi apeurés car surpris par l'intrusion de Jésus : il est là ! Est-ce un fantôme ?

Cette paix, cet apaisement, c'est aussi notre désir humain : que la paix soit profondément en nous !
Oui Jésus, donne-moi ta paix profonde en mon coeur !

Un deuxième effet du baptême : le PARDON, la MISERICORDE
La paix de Dieu, la paix du baptême vient du pardon : Dieu pardonne les péchés. C'est la première mission confiée aux disciples par le ressuscité.
Ce pardon qui enlève au pécheur le poids du remords. C'est ce qui permet aux apôtres qui avaient abandonné Jésus de se tenir devant Lui !
A la suite de notre baptême, vivons dans la paix car je suis pardonné !
Et vivons en personnes pleines de miséricorde envers tous ceux qui nous entourent, c'est notre mission à chacun de nous aussi de vivre dans la miséricorde de Dieu et d'être miséricordieux à notre tour !

Un troisième effet du baptême : le PARTAGE !
Peut-être avons-nous essayé de vivre un peu mieux le partage pendant le carême… alors c'est à continuer pendant le temps pascal. Le texte du livre des actes des apôtres nous montre ce souci du partage comme étant un témoignage essentiel dans la vie du croyant ; c'est une marque de rupture avec la vie d'avant. Le baptisé reconnaît tout ce qu'il a reçu de Dieu : il reçoit une vie nouvelle, une vie renouvelée !
De la même façon, le partage des biens permet une relation nouvelle avec les frères et une relation apaisée avec les biens matériels qui peuvent parfois nous enfermer dans une logique de défense ou de conservation.

Alors en nous souvenant que nous sommes baptisés et que cette puissance de vie nouvelle est en nous depuis notre baptême, entrons dans la paix que Jésus nous donne ! Laissons-la nous envahir pour devenir un peu plus au quotidien des personnes apaisées et apaisantes, dans notre relation à Dieu, aux autres et aux biens matériels !

18 avril 2021 - Temps Pascal

3ème Semaine du Temps Pascal — Année B

Lectures de la messe

Feuille de chant à télécharger

LE BAPTÊME FAIT DE CHACUN UN TEMOIN !

le texte d'Evangile se termine par la parole de Jésus : « À vous d’en être les témoins ».
et c'est bien ainsi que les 11 vivent après la Pentecôte : « Le Christ est ressuscité, nous en sommes témoins ! » (c'est le même saint Luc qui a écrit l'Evangile et le livre des actes des apôtres)

A la suite des premiers chrétiens, chaque chrétien, plongé dans la vie nouvelle du baptême, devient un témoin ! Il est témoin, c'est donné.

TEMOIN ?

Un témoin c'est pas rien (même s'il y a une expression : « t'es moins que rien ! »)
Non ce n'est pas rien d'être témoin… et cela peut conduire à la mort, les premiers chrétiens donnent leur vie, ils sont martyrs… or le mot « témoin » en grec, c'est « martyr » et cela souligne la dimension don de soi… par la mort mais aussi par sa vie.
Le témoin c'est aussi le bâton de la course de relais ; de même le témoin transmet ce qu'il a vu et entendu ; ce qu'il a reçu et ce qu'il croit. Le livre des actes des apôtres que nous lirons de dimanche en dimanche est le livre du témoignage et il relate comment ce témoignage s'est transmis, comment il a bousculé la vie des hommes et des femmes.

TEMOIN, COMMENT ? DE QUOI ?

Les deux questions se répondent ensemble, à travers des mots entendus aujourd'hui dans les lectures.

« QUI NOUS FERA VOIR LE BONHEUR » : le psaume dit que c'est la question que beaucoup posent. Fondamentalement, le témoignage du chrétien est de vivre heureux, en réponse à la question lancinante de l'humanité et de chaque être humain.
Alors le bonheur dont le chrétien est témoin, c'est le bonheur de l'accomplissement :
par la Résurrection du Christ, nous témoignent les premiers chrétiens, Dieu a ACCOMPLI sa PROMESSE : l'histoire humaine a un sens : vers Dieu !
C'est l'histoire collective, quand bien même l'histoire du monde semble chaotique, erratique…
c'est notre histoire personnelle, avec ses méandres et ses détours.
Dieu accomplit dès maintenant sa promesse ; il sauve l'humanité, alors l'histoire humaine a un sens et chaque événement aussi, Dieu nous permet de l'orienter. Voilà notre bonheur : le bonheur de n'être pas des errants !

Nous avons un DEFENSEUR : Le Christ !
Malgré notre péché : Dieu ne nous laisse pas à nos remords, à notre regret, qui nous rongent et nous découragent : comment se tenir devant Dieu ? Le Christ ne vient pas nous enfoncer mais au contraire nous soutenir et nous porter. Il enlève le péché du monde !

Enfin notre bonheur : il nous ouvre à l'INTELLIGENCE DES ECRITURES, DE LA BIBLE cette référence à la Bible est essentielle, pour prendre conscience de ce projet de Dieu pour l'humanité, pour découvrir la lente progression du peuple de Dieu dans l'accueil de ce projet … et cela nous rassure devant nos propres difficultés à répondre à l'amour de Dieu !

Dans la célébration du baptême, la place de la parole de Dieu a une place essentielle pour se situer dans l'histoire du Peuple de Dieu (et notamment à la veillée pascale, les nombreuses lectures).
Mais le signe principal au baptême que nous devenons témoins, c'est le saint chrême, l'huile parfumée : comme le parfum qui est fait pour que les autres en profitent, le chrétien de même doit répandre la bonne odeur du Christ , comme le dit saint Paul !
Nous aussi, que les personnes autour de nous disent : « ça se sent que tu es chrétien »
Dans l'équipe de révision de vie de l'Action Catholique Ouvrière que j'accompagne, Pierre, un syndicaliste chrétien, nous raconte : quelques jours avant Pâques, j'accompagne Martine à un rendez-vous avec son employeur. Pierre connaît assez peu Martine. Mais en chemin elle lui dit : « mon mari va être baptisé dimanche… » réflexion de Pierre : « pourquoi est-ce à moi qu'elle a dit cela ? » je lui réponds : « parce que cela se sent que tu es chrétien, par ta façon de te dévouer au service de chacun des salariés ».
Ainsi soyons heureux d'être témoins, simplement, témoins du bonheur de savoir que Dieu conduit toute l'humanité.

04 avril 2021 - Pâque

Résurrection du Seigneur — Année B

Lectures de la messe

Feuille de chant à télécharger

La transmission de l'événement « Résurrection » par saint Marc, nous conduit pour l'accueillir dans notre vie.

QUI NOUS ROULERA LA PIERRE ?

C'est la préoccupation des femmes qui vont au tombeau de Jésus. Elles vont au tombeau pour faire la toilette du corps, pour respecter un mort.
Cette grosse pierre qui se referme sur le tombeau, scelle la mort de Jésus… il n'y a plus rien à espérer.
Dans la situation actuelle, nous pourrions dire qu'une chape de plomb nous tombe dessus… et nous faisons défiler dans notre tête tout ce à quoi nous avons renoncé depuis que la COVID est là ! Une ambiance de restrictions, de contraintes… et parfois de mort.
C'est peut-être aussi notre situation quand je regarde ma foi, mon manque d'ardeur, mon carême…
ou même notre paroisse et l'Eglise !

VOUS CHERCHEZ JÉSUS ?

C'est la question de l'ange. Il souligne aux femmes leur lien à ce mort si particulier.
Elle nous invite à nous recentrer sur Jésus car il y a en nous aussi cette recherche de Jésus !
Avec peut-être nos questions inquiètes : Où est-il dans ces moments de détresse ? Et nous aurions tendance à ressasser nos souvenirs, nos regrets, notre détresse...

VOYEZ L'ENDROIT OU ON L'AVAIT DEPOSÉ…
IL N'EST PAS ICI, IL EST RESSUSCITÉ …

les femmes sont invitées à constater que cet endroit, le tombeau, est dépassé. « Circulez, il n'y a plus rien à voir ! » Ou « allez voir ailleurs ! » car voici bien la nouvelle étonnante : cherchez-le ailleurs !
Pauvres femmes ! Comme elles ont dû être complètement perturbées : on les empêche de remplir leur mission de respect du mort ; elles sont renvoyées !
Renvoyées pour faire un pas de plus dans la foi, dans la relation à Jésus !

Alors pour nous aussi résonne cette invitation, cette ouverture dans nos murs, cette brèche qui ouvre nos tombeaux.
Oui l'espérance est là !
Chacun de nous le sait bien et laissons Jésus ressuscité nous le redire. L'espérance de la Résurrection est là dans les actions de solidarité, dans les gestes d'écoute et d'accueil.

IL VOUS PRÉCEDE EN GALILÉE ! VOUS LE VERREZ !

La Galilée, c'est plus loin…
Jésus n'est pas à Jérusalem, il est au milieu du peuple, dans cette région de la Galilée, carrefour de nations, lieu de brassages de peuples aux moeurs et religions diverses !

C'est notre foi : Dieu est présent au milieu de nous et aussi au milieu de ceux qui nous paraissent loin de lui.
Nous avons cette espérance, cette certitude que Jésus nous précède dans ces lieux divers, où nous avons parfois peur de ne pas être bien accueilli ou compris.
Alors résonne cet ordre de Jésus presque comme un coup de pied :
Allez voir ce qui se passe ailleurs,
et transmettez les uns aux autres ces bonnes nouvelles d'espérance !
Elles existent !

En pensant aux quelques disciples de Jésus qui sont allés annoncer partout la bonne Nouvelle de la Résurrection, chacun peut trouver dynamisme pour s'aventurer un peu plus loin pour le voir !

Christ est ressuscité il nous donne la vie !
Oui vraiment, Il donne une autre lumière à notre vie !