Chers internautes et paroissiens, le site dispose désormais un certificat SSL pour vous offrir une consultation sécurisée.
Vous pouvez y accéder via une connection en https: - Pensez à modifier vos marques pages pour bénéficier de cette connection
https://paroissedeconnerre.nexgate.ch

Baptême de Jésus

Quel est le lien entre le baptême de Jésus et notre baptême ?

Jean le Baptiste qui est un prophète, a la révélation que Jésus est celui que les Écritures annoncent depuis tous temps, le Messie.

Par son annonce, Jean le Baptiste révèle l’accomplissement des Écritures et donne un nouveau sens au baptême, celui que nous recevons tous depuis la mort et la résurrection du Christ.
Jean le Baptiste baptisait dans l’eau en symbole de mourir à la vie de pécheur et par Jésus qui baptise dans l’Esprit Saint, le baptisé renait par l’Esprit Saint.

Le Sacrement de Baptême n’est pas un simple symbole, il est un don de Dieu.
Nous naissons tous avec le péché originel en nous. Le baptême nous fait mourir à notre vie de pécheur en nous plongeant dans l’eau et nous renaissons par l’Esprit Saint. Nous devenons ainsi frère de Jésus Christ et nous reconnaissons Dieu le Père comme notre Père par la grâce de l’Esprit Saint que nous avons reçu en don de Dieu par notre baptême.

Jésus reçois le baptême par l’eau de Jean le Baptiste et quand il sort de l’eau, il reçoit l’Esprit Saint que le Père lui envoie.
Dieu le Père s’adresse directement à Son Fils et ainsi tous sont témoins de la révélation de la venue du Messie.
Jésus, Fils de Dieu, a fait la même démarche que tout le monde pour ouvrir la voie au baptême par l’Esprit Saint. Tout passe par Lui pour aller vers le Père.

Alors, Jésus s’écria : « Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit, mais en Celui qui m’a envoyé ; et celui qui me voit, voit Celui qui m’a envoyé. » (Jn 12,44-45)

Par le baptême de Jésus, la Sainte Trinité est révélée.
Nous ne pouvons pas croire en Dieu qui est Un sans croire en la Trinité.
Dieu le Père a envoyé son Fils pour que le monde entier se convertisse et renaisse par l’Esprit Saint pour aller vers le Père.

Tel est le sens profond du Baptême : tout est don du Père pour aller vers le Père en suivant Jésus le Fils Bien-aimé par la grâce de l’Esprit Saint que nous avons reçu par notre Baptême.
Par notre baptême, nous entrons en communion avec la Sainte Trinité et avec l’Église, les baptisés du monde entier.
Car l’Église est Une comme Dieu est Un et nous prenons part à cette unité par le baptême.

L'Épiphanie ou les “rois” Mages

Épiphanie vient du grec ancien Epipháneia qui signifie « manifestation du Verbe » ou « apparition de Dieu »

Il est coutume de parler de trois rois mages.
Ce sont des mages, des hommes de science et de foi, puissants et riches comme des rois et offrant des présents de roi au Sauveur, l’enfant Jésus.

La tradition de les appeler rois vient de Tertullien, théologien du IIème siècle, avec le rapprochement de l’évènement au Psaume 71,10-11

Les rois de Tarsis et des Iles apporteront des présents.
Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront.

Leur nom leur est attribué à partir d’un écrit du VIIIème siècle de Georges d’Amiens, évêque d’Alexandrie, « Excerpta latina Barbari Scaligeri » : Bithisarea, Melichior, Gathaspa, francisé sous les noms de Balthazar, Melchior, Gaspard.

Leur nombre vient de l’interprétation du nombre de cadeaux qui sont de trois (Mt 2,11)

Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Ce récit n’apparait que dans l’Évangile selon St Matthieu (Mt 2,1-12).

Les mages se sont mis en quête de Dieu par la lecture des signes parus dans le ciel : l’apparition d’une étoile hautement brillante les dirigeant vers Bethléem. Ces signes n’ont pas été perçus par le peuple de Dieu qui était plus afféré à appliquer scrupuleusement la Loi et en avait perdu le sens du sacré. Ils n’étaient plus à l’écoute de Dieu.

Les mages ne sont pas juifs et pourtant ils viennent adorer Jésus, le fils de Dieu. Ils symbolisent toutes les nations qui vont recevoir l’Espérance par l’Évangile de Jésus Christ notre Sauveur.

Les mages offrent des présents réservés aux rois à Jésus, enfant né dans le plus grand dénuement. L’or représente la royauté, l’encens la divinité, la myrrhe la prédiction de la Passion et de la mort (la myrrhe était utilisée dans l'embaumement).

Dans toute leur démarche, les mages montrent la voie de la foi. Ils ont perçu les signes de Dieu et cela leur suffit pour se mettre en route. Convaincus d’être dans la vérité, ils ont offert leurs présents à l’enfant Dieu sans s’arrêter aux apparences. La foi est le chemin de la Vérité. La foi est la lumière dans notre vie qui illumine le chemin à suivre pour aller sur les pas du Christ.

    Glossaire :
  • L’Espérance est le fait de croire en la résurrection à la Vie éternelle dans le Royaume de Dieu.
  • l’Évangile est l’annonce de la Bonne Nouvelle de cette Espérance, de notre Salut par la Passion du Christ.
  • La Passion du Christ englobe l’arrestation, le jugement, les souffrances, la crucifixion, la mort et la résurrection du Christ.

L'Ascension

Quarante jours après sa résurrection, Jésus est élevé vers son Père. Quarante jours pendant lesquels Jésus expliqua aux apôtres l’accomplissement des Écritures. Le temps de préparation à devenir les témoins du Christ ressuscité est achevé.

Jésus n’abandonne pas les apôtres, Il leur fait une promesse qui se réalisera dix jours plus tard à la Pentecôte : « Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Ac 1,8)

Le mystère de l’Ascension signifie que le temps des témoins commence, le temps de l’Eglise. Sans Ascension, pas d’Église. Jésus va rendre ses disciples et apôtres définitivement capables de porter témoignage. Désormais Pierre va parler et enseigner avec autorité comme Jésus, de même que Paul. (cf. eglise.catholique.fr)

Il faut noter le style passif du récit de l’Ascension. Jésus est enlevé. Ce n’est pas Jésus qui monte vers son Père, c’est le Père qui élève Jésus dans la Gloire : « c’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : “Jésus Christ est Seigneur“ à la gloire de Dieu le Père. » (Ph 2,9-11).


Le Carême

Le Carême commence le Mercredi des Cendres, mercredi 26 février 2020, et s’achève le Jeudi Saint, le 9 avril 2020, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine Sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux 5 avril 2020, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi Saint au soir et le dimanche de Pâques, le 12 avril 2020, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La durée du Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

Textes repris sur le site de la Conférence des Évêques de France

Nous, les enfants du catéchisme

On est heureux de vous envoyer notre photo. Rassurez-vous, on est beaucoup plus nombreux. Sur la photo, c’est seulement notre groupe de Connerré, mais il y a aussi un groupe de plus jeunes. Et il y a encore d’autres groupes à Montfort, Lombron, le Breil, Thorigné.

Devinez ce qu’on fait au caté ? Vous croyez peut-être qu’on apprend des leçons par cœur et qu’on les récite à nos catéchistes ? C’est pas tout à fait ça ; en réalité, on apprend à aimer Jésus par le cœur. C’est bien mieux que d’apprendre une leçon par cœur. Oui, on va à Jésus avec notre cœur, mais son cœur à lui est beaucoup plus grand que le nôtre et quand on fait un pas vers lui, il en a déjà fait dix vers nous. En plus d’être champion de course à pied, il est le champion de l’Amour !

Ça vous dirait de venir nous rejoindre ? Il y a encore de la place dans nos groupes, venez vite ! Et si vos papas, mamans, papys et mamies veulent faire des révisions, ils peuvent venir aussi.

Sous-catégories

cours de catéchisme pour 2ème et 3ème années